L’approche cognitive et comportementale met l’accent sur la méthodologie expérimentale : on teste des hypothèses concernant l’acquisition et le maintien des troubles mentaux.

 

Les travaux de Pavlov sur le conditionnement répondant et son rôle dans l’acquisition d’une phobie ont ouvert la voie aux premiers « comportementalistes ».

 

Ainsi en 1952 Wolpe propose un traitement de l’anxiété, la désensibilisation systématique, basé sur ce principe. Cela sera complété par les travaux de Skinner sur le renforcement positif/négatif dans le conditionnement opérant. Il s’y ajoute le modèle de l’apprentissage social par imitation de Bandura.

 

Parallèlement vont se développer les thérapies cognitives : les thérapeutes ne travaillent plus seulement sur les comportements mais aussi sur les cognitions (c’est-à-dire le discours intérieur des sujets). La thérapie cognitive a pour objectif de mettre à jour les pensées et schémas dysfonctionnels, de les discuter et d’aider le sujet à en changer. C’est les travaux de Beck sur la dépression qui ont ouverts cette voie.

 

 

Avant chaque prise en charge, le thérapeute TCCiste effectue une analyse fonctionnelle en collaboration avec le patient. Il s’agit d’un recueil de fait permettant de constituer une hypothèse qui sera testée au cours de la prise en charge. Elle comprend une étape diachronique (genèse du problème) et synchronique (ici et maintenant).

 

Un exemple de grille d’analyse Fonctionnelle est la grille SECCA : situation, émotion, cognition, comportement et anticipation. Ici vous trouvez le cas d’une phobie sociale.

 

Par la suite le thérapeute et le patient définiront des objectifs de traitement avec mise en place d’un programme et évaluation régulière des résultats. Cette évaluation est intégrée à la thérapie et se fait notamment par l’utilisation d’échelles et de questionnaires.

 

Depuis quelques années on assiste à l’émergence des thérapies dites de troisième vague avec notamment lʼACT (thérapie de l’acceptation et de l’engagement), la Thérapie Dialectique, la Thérapie Cognitive Fondée sur la Pleine Conscience et la Thérapie des Schémas. Ces thérapies sont hétérogènes mais se servent des différentes théories de l’apprentissage.

 

« Si nous ne pouvons contrôler l'océan de nos pensées, émotions et souffrances intérieures, apprenons à en surfer les vagues, sans y résister ni nous laisser emporter. »

(Schoendorff, 2009 à propos de l’acceptation et de la pleine conscience).

 

 

A Lyon, il existe un DIU de TCC (le seul reconnu au niveau européen) qui dure trois ans. Il comprend deux journées de cours (vendredi et samedi) toutes les trois semaines environ, la formation est théorique et pratique (avec séance d’entraînement à la relaxation, l’affirmation de soi, supervisions…). La première année est sanctionnée par un examen et la rédaction d’un mémoire sur un cas, la seconde par un mémoire sur trois cas et la troisième sur quatre cas avec également un oral.

 

Vous trouverez plus d’information ici.